SOLDES du 1er au 6 Février
25% de réduction avec le code SOLDES0224

L’histoire des perles de Bornéo

Extrait du livre “Beads of Borneo”

Le peuple indigène de Bornéo utilise des perles depuis des temps immémoriaux, lorsque les dents, les os, les coquillages et les pierres étaient perforés et portés comme ornements. L’afflux de perles commerciales, depuis le début de la période historique jusqu’à nos jours, a affecté les préférences en matière de perles. Des artefacts colorés de pierres semi-précieuses et de verre ont été ajoutés au trésor de perles de chaque communauté, reflétant parfois des goûts ou des besoins spécifiques, et parfois la disponibilité.

J’ai vite découvert que les véritables dépositaires de la tradition des perles sont les vieilles dames, dont beaucoup ont déménagé dans les villes à mesure que mon intérêt pour les perles s’est développé en rencontrant des gens « de l’arrière-pays » qui portaient ces ornements fascinants. L’exode rural-urbain les a emportés. Vivant maintenant dans la maison mitoyenne de leur fils, leur travail agricole habituel leur manque et elles sont certainement heureuses de parler de l’histoire et des traditions de leur peuple à un questionneur passionné.

Des voyages en famille, des sorties sur le terrain, des entretiens et une étude de la littérature pertinente ont conduit à une conclusion fondamentale : les frontières politiques qui divisaient Bornéo en segments « hollandais » ou « anglais » sont simplement des lignes sur une carte. Les peuples et les cultures de cette île ont leurs propres divisions et points de rencontre qui transcendent les partitions coloniales et nationales. Beads of Borneo examine la culture des perles de l’île telle qu’elle se présentait au tournant des 20e et 21e siècles. Des gens – et des perles ! – sont plus mobiles qu’avant. Les mouvements de population à grande échelle sont limités par les frontières internationales d’une part, mais encouragés par des considérations de développement économique d’autre part.

Rien n’est immobile à Bornéo, car les gens se déplacent, ils partagent et adoptent des aspects de la culture de l’autre. Les goûts et les concepts de perles ont énormément changé au cours des 100 dernières années. Peu de gens croient sérieusement aux propriétés surnaturelles des perles aujourd’hui.

Les perles sont conservées comme héritage, et comme j’ai commencé à m’intéresser sérieusement à ce fascinant segment de la culture matérielle de Bornéo, les propriétaires actuels étaient tout à fait disposés à partager leurs connaissances. De telles informations sont souvent précédées de “Autrefois, notre peuple croyait que…” ; une génération prenant ses distances avec les croyances païennes de ses ancêtres.

Je n’aborde pas les grands problèmes dans Beads of Borneo – après tout, les perles sont de petites choses. Le livre est ma contribution à la préservation de l’histoire et de la tradition des perles. Beaucoup d’anciens qui ont généreusement partagé leurs connaissances ont fini tristement par dire : “Mes petits-enfants ne s’intéressent pas à tout cela, ils sont éduqués !”

Dans l’avenir, les plus jeunes pourront en lire un aspect dans ce livre, pour leur dire quel était le statut de la culture des perles à la fin du 20ème siècle. Il a changé dans le temps où je l’ai personnellement observé, et il continuera à le faire. Seules les choses mortes sont statiques. La fabrication commerciale de perles à Bornéo est un changement qui s’est produit au cours du 20ème siècle. Il en va de même pour l’afflux de nouvelles répliques en verre des vénérables perles anciennes, produits de la technologie industrielle. Ils sont une métaphore appropriée des cultures indigènes de Bornéo, basées sur un passé sombre et se projetant avec confiance dans l’avenir.

Heidi Munan, Conservatrice des perles du Sarawak Museum , Kuching Octobre 2004

PARADOXE 

L’histoire des perles de Bornéo commence par un paradoxe. La plupart des perles de Bornéo n’ont pas été fabriquées à Bornéo. Les perles ont atteint ce vaste pays d’outre-mer par l’importation. Les principales exceptions sont les perles d’os, de dents et de galets trouvées dans des sites archéologiques tels que Niah au Sarawak, Madai à Sabah, et les disques et cylindres de coquillages produits plus récemment dans des lieux balnéaires tels que la baie de Brunei. Voici un aperçu des types de perles trouvées à Bornéo et comment elles ont été fabriquées.

FABRICATION DE PERLES 

Les méthodes de fabrication des perles ont étonnamment peu changé au cours des siècles. Les techniques décrites ci-dessous sont encore pratiquées dans de nombreuses régions du monde. Un perlier du XVe siècle se sentirait tout à fait à l’aise dans un atelier de perles en Inde, en Indonésie, au Pakistan ou dans n’importe quel autre endroit où les perles sont fabriquées par un travail manuel minutieux. Même les studios où les perles d’art sont produites pour le marché des boutiques emploient les mêmes techniques de base – seuls les prix de vente diffèrent !

La seule innovation importante est le procédé Prosser développé dans les années 1840 en Europe et finalement breveté en 1880. Ce procédé presse des perles, des boutons et d’autres petits objets dans les formes requises. Ces perles montrent souvent une crête ou une “couture” où les deux moitiés du moule se rencontrent. Les perles de canne ou de tube, principalement les petites jauges utilisées pour l’artisanat et la broderie, sont également produites par des moyens mécaniques, mais la technique originale de dessiner un verre visqueux froncé creux reste la même.

PERLES DE PIERRE

Les premières perles de pierre et de verre trouvées dans le sud-est de l’Asie proviennent principalement du nord-ouest de l’Inde, où une industrie lapidaire a été documentée dès le premier millénaire avant notre ère. Ses produits étaient exportés dans le monde entier. Les perles qui atteignaient Bornéo étaient faites principalement de camélian, de nya et de pierres semi-précieuses apparentées – un matériau dur et durable qui pouvait être perforé et poli avec précision. Les artistes lapidaires chinois fabriquaient également des perles de jade de belle qualité, parfois encore plus fines. Ces artefacts finis étaient destinés au marché intérieur impérial et aristocratique haut de gamme, et non aux “barbares des mers du sud”.

Les perles de cornaline étaient utilisées et appréciées dans toute la région indo-pacifique et au-delà. Elles étaient fabriquées dans de nombreuses formes, certaines simples, d’autres gravées de manière décorative. Le processus de fabrication des perles dans la région de Cambay, en Inde, suit toujours les processus traditionnels. Des morceaux de pierre brute sont parfois trempés dans du miel puis chauffés soigneusement dans des fosses de sciure de bois fumante. Ce traitement améliore la couleur rouge foncé recherchée de la cornaline.

Pour fabriquer des perles, la pierre est taillée en “ébauches grossièrement formées” comme l’artefact fini – sphères longues ou discoïdes. Les ébauches sont perforées par forage. Il est intéressant de noter que même là où des outils électriques sont disponibles, de nombreux perliers indiens utilisent encore la perceuse à archet de leurs ancêtres – le travail manuel semble moins coûteux que l’électricité. Après le perçage, les têtes brutes sont meulées pour leur donner leur forme finale et polies avec des abrasifs fins. Autrefois, un gobelet pour le polissage final était utilisé. Un sac en cuir contenant des perles et du coulis de diamant était enroulé de haut en bas d’une colline, sans fin, jusqu’à ce que le bon degré de lustre soit atteint.

PERLES DE VERRE 

Collier ethnique tribal dayakLes premières perles de verre trouvées dans la région de Bornéo sont assez discrètes. Chaque perle est de la taille d’un grain de poivre, faite de verre opaque dans des tons atténués de rouge-brun, jaune, blanc, noir, bleu clair ou vert clair. Ces perles sont en production depuis des siècles. Des spécimens très colorés d’un type similaire sont vendus aujourd’hui sous le nom de “perle de rocaille” ou “perle d’artisanat”.

Des sites archéologiques ont livré un grand nombre de ces perles. L’une d’elles est cotillée, parfois en deux ou trois torsions. Peter Francis, spécialiste des perles, a documenté que le premier type, appelé perle indo-pacifique, a été fabriqué dans le sud de l’Inde à Ankamedu, où la fabrication de perles remonte au IIIe siècle. Les artisans ont perfectionné l’art d’étirer des tubes olla à partir de morceaux de verre coloré semi-fondu soigneusement manipulé. Ces tubes ont ensuite été coupés en segments de 3 à 5 mm de longueur, en fonction de la taille de cordon requise par le marché. Le produit fini était ensuite culbuté dans de la cendre chaude.

La deuxième méthode de fabrication de petites perles de verre consistait à enrouler une ou deux torsions de verre visqueux autour d’un fil. Les perles en verre, qui ont commencé à apparaître sur le marché de l’Asie du Sud-Est vers 1200, ont été fabriquées selon cette méthode, mais elle ne s’est pas limitée à la production de petites perles.

Une tige de verre était chauffée dans la flamme d’un chalumeau ou “lampe à souder” (d’où le nom de perle de lampe) jusqu’à ce qu’elle soit molle, mais pas fondue. Ensuite, elle était enroulée autour d’un mandrin (semblable à un poinçon), généralement avec l’aide de pinces fines, et coupée. La boucle résultante a été maintenue dans la flamme à nouveau pour la lisser et l’arrondir. Elle a ensuite été façonnée en tapotant et en pinçant pour obtenir des formes telles que le melon cubique, triangulaire, godronné et une variété d’autres formes. Cette perle de verre de base, qui a été fabriquée à partir d’une de ces deux méthodes, est monochrome.

Pour décorer une telle perle, une deuxième opération était nécessaire. Le verre ne peut pas être peint. Même l’émaillage s’use après quelques années d’utilisation. Les seuls pigments de verre permanents sont des oxydes métalliques. Ces pigments étaient fondus dans la flamme et habilement appliqués sur la perle sous forme de points, de rayures, de fleurs ou de tout autre motif souhaité. Les perles indo-pacifiques produites dans le sud de l’Inde étaient essentiellement des noyaux de verre coupés en segments.

La sarbacane dans la fabrication du verre est généralement considérée comme originaire de l’Egypte romaine. Des perles “en tube” ou “en canne” ont été décrites dans des rapports sur les anciennes serres de Venise et d’Amsterdam. Pour fabriquer ces perles, une poche d’air est soufflée dans un morceau visqueux de verre métallique. Deux ouvriers prennent chacun une extrémité de cette “bulle” et marchent dans des directions opposées, étirant ainsi le morceau en un tube creux. Une compétence exacte est nécessaire pour produire la bonne longueur et l’épaisseur du tube avant que le verre ne durcisse. Ces tubes sont ensuite tranchés pour en faire des perles. La finition peut être obtenue par culbutage dans des cendres chaudes.

Des perles plus grosses ont été piquées sur une fourchette, et soigneusement grillées dans le four pour faire fondre les extrémités déchiquetées produites dans divers processus. La perle de chevron, connue dans le monde entier, est basée sur un tube. Le tube est orné de couches incrustées de zig-zag de couleurs contrastées, rappelant les “sucettes oranges bouillies d’antan”. Quand la canne ou la tige en chevron montre une coupe transversale en forme d’étoile, les couches apparaissent en zig-zag ou en chevron autour de l’extrémité de la perle. Le vrai chevron était une perle très recherchée, mais la technique nécessitait des compétences particulières et était gardée secrète dans la mesure du possible. Une ligne de “faux chevrons” est apparue au moins depuis le 17ème siècle. Ce sont des perles noires avec une bande appliquée en surface de rouge et de zig-zags blancs. Ces faux sont de toutes tailles et de toutes couleurs et jouissent d’ un grand prestige à Bornéo.  

PERLES DE MOSAIQUE / MILLEFIORI 

Les perles de lampe décorées ont un attrait immédiat pour les collectionneurs, tout comme la mosaïque ornée et le produit de l’art du verrier. Des tiges de verre de formes et de couleurs variées sont fusionnées pour former des yeux. Lorsqu’une telle tige est découpée en segments ou en fines tranches, le dessin identique apparaît dans chaque section, tout comme l’étoile apparaît dans une tige de chevron, mais sans la perforation centrale. Ces cannes sont fusionnées côte à côte pour former une assiette richement ornée qui peut être façonnée en plats ou en récipients, ou pliée autour d’un mandrin ou d’une base de couleur unie pour former une perle de verre millefiori. En Asie du Sud-Est, les premières de ces perles délicates ont été découvertes à Sungai Mas, dans le nord-ouest de la péninsule malaise. Une perle similaire, trouvée à Java et appelée “perle Jatim” (perle de Java oriental) par les collectionneurs, était fabriquée par la méthode la plus économique consistant à appliquer de fines tranches de “tiges oculaires” sur un noyau rond de verre opaque monochrome. Il n’existe actuellement aucune preuve que les cannes élaborées aient réellement été fabriquées à Sungai Mas, bien qu’il soit possible que des commerçants les aient apportées du monde islamique et que les fabricants de perles d’Asie du Sud-Est aient décoré une base de verre inférieure avec les précieuses importations.

Extrait du livre “Beads of Borneo” de Heidi Munan, traduit de l’anglais vers le français par nos soins.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous pensé à la fête des mères le 4 Juin ?

N'oubliez-pas que vous pouvez utiliser le code promo ANNIVERSAIRE pour obtenir 20% de réduction sur une commande ! Vous pouvez sauvegarder votre panier en saisissant votre adresse email.